En poursuivant votre navigation sur point-q.com, vous acceptez notre politique de cookies. Apprenez-en plus sur la gestion de vos données personnelles en cliquant ici.

close
Comment 60 cm de caoutchouc bloqués dans un rectum ont fait avancer la science

La gourmandise permet de faire de belles découvertes : un homme de 31 ans a permis à une équipe médicale de découvrir une nouvelle manière de retirer des objets imposants insérés par mégarde dans le rectum.

Vers l’infini et au-delà” : cette philosophie de vie, aussi inspirante soit-elle, ne devrait pas s’appliquer à toutes les situations. C’est ce que cet italien a pu découvrir à son grand dam alors qu’il a poussé les portes de l’hôpital milanais ASST. Sans chercher à cacher le sujet de sa visite (la meilleure conduite à tenir), il s’est plaint de douleurs abdominales suite à l’introduction d’un sextoy dans son rectum.

Oubliez les courgettes, carottes et autres bouteilles de shampoing, l’aventurier des temps modernes a repoussé les limites de son corps en utilisant un dildo en caoutchouc de 60 centimètres de long et cela faisait 24 heures que le sextoy refusait de pointer le bout de son nez, comme le rapporte le site IFLScience!.

Radio d'un cas médical : introduction d'un sextoy de 60 cm

The X-ray taken by staff at AAST Grand Hospital in Milan. Tringali, A. et al./BMJ Case Reports

Comme la radio le laisse entrevoir, le dildo avait fait son nid et ne souhaitait visiblement pas en être délogé. C’était sans compter sur la persévérance du docteur Lorenzo Dioscoridi et de son équipe. L’intégralité des outils du parfait petit médecin y sont passés, des habituels instruments utilisés pour le retrait des polypes à l’étrange duo “ballon dilatateur/forceps”. Mais rien n’y faisait, le sextoy ne bougeait pas d’un iota. 

Alors que le dernier recours (l’opération chirurgicale) se présentait, l’équipe a voulu tenter une nouvelle approche en utilisant un fil de fer médical noué en forme de lasso. Génie ! C’est grâce à cette invention et son tout premier rodéo que le dérangeant dildo a pu être extirpé des profondeurs. Son propriétaire s’est même fendu d’un mot de remerciement aux docteurs qui ont résolu cet “embarrassant problème” sans avoir besoin de le faire passer sur une table d’opération.

Que retenir de ce fait divers à la fin heureuse ? Ne mettez pas n’importe quoi dans votre fondement !

Petit point anatomique : le rectum est pourvu d’un réflexe naturel d’aspiration, ce qui veut dire que tout objet que vous choisissez de vous enfoncer dans les fesses peut bien remonter. Voilà pourquoi il est important de toujours choisir son sextoy anal avec une base plus large que le plus large diamètre inséré. Cette base vous permettra de “contrer” le réflexe de succion tout en vous permettant de vous faire du bien en toute sérénité.

Et si jamais vous avez tenté le diable et n’arrivez plus à mettre la main sur le sextoy inséré, voilà quelques petits conseils. Essayez de vous détendre et de relâcher les muscles anaux afin de faciliter une expulsion naturelle. Le lubrifiant, l’eau chaude et la station accroupie sont désormais vos meilleurs amis. 

Cependant, n’attendez pas plus d’une heure avant de vous rendre aux urgences. Le risque de complications est tout de même présent. Donnez un maximum d’informations aux docteur⋅e⋅s présent⋅e⋅s et répondez à leurs questions. Les équipes médicales sont entraînées à ce genre de situation et vous ne serez ni lea premier⋅e ni lea dernier⋅e à avoir “égaré” un objet dans votre postérieur…

Et sinon, tous les dildos anaux sur Point Q sont sélectionnés pour vous permettre de succomber à l’extase anale sans avoir besoin de passer par la case hôpital, alors faites votre choix les yeux fermés !

Commentaires

laisse ton commentaire

* Champ requis

Captcha
navigation