En poursuivant votre navigation sur point-q.com, vous acceptez notre politique de cookies. Apprenez-en plus sur la gestion de vos données personnelles en cliquant ici.

close
Souriez, vous êtes streamés : les failles du sextoy connecté

Alors que les sextoys connectés ont le vent en poupe, une des références du marché a fait l'objet d'une controverse suite à la révélation d'une faille de sécurité conséquente.

Branle-bas de combat dans les quartiers généraux de la marque américaine Svakom. La nouvelle est tombée et elle fait mal : la dernière création du fabricant de sextoys, le Siime Eye, serait bien loin d'être protégée contre les potentiels piratages.

Comment ça marche ?

Le but originel du Siime Eye est de proposer un aperçu de ce qu'il se passe à l'intérieur de vous pendant la pénétration et l'orgasme. Ce vibromasseur vaginal et anal était donc pourvu, en plus d'un moteur pulsant efficacement là où il faut, d'une caméra qui enregistrait chaque mouvement. En ce lieu où l'on voit rarement le jour, tout était prévu, même une petit lampe permettant de faire la lumière dans chaque recoin.

Une fois la vidéo enregistrée, il était possible de la récupérer sur votre ordinateur ou bien de l'envoyer directement sur une application smartphone pour partager le flux vidéo en direct avec un·e partenaire. En bref, un jouet destiné à celleux qui avaient envie de recréer leur « C'est pas Sorcier » maison, le sexe en plus.

La mauvaise nouvelle : derrière cette idée originale se cachait une faille massive de sécurité. En effet, tout le fonctionnement du sextoy repose sur une connexion Wifi (et non BlueTooth comme les sextoy We-Vibe par exemple), le sextoy servant de point d'accès Wifi qui va émettre des images en temps réel.

Quelle est la pire chose qu'il pourrait arriver ? Et bien c'est justement celle-ci qui s'est réellement déroulée : une personne malveillante, si elle est à une distance raisonnable du sextoy ou bien connectée au même réseau Wifi, peut se rincer l’œil sur votre flux vidéo sans être remarquée.

Comment éviter à votre intimité d'être hackée ?

Au final, ce sont les mêmes bonnes pratiques qui sont recommandées, que l'on parle de votre compte mail ou du live-streaming de votre intérieur : il vaut mieux trop de sécurité que pas assez.

  • Changez toujours le mot de passe originel de votre sextoy connecté. Chez Svakom, le mot de passe de base était 88888 : un grand classique, très simple à deviner. Alors n'hésitez pas à utiliser un mot de passe complexe et le modifier régulièrement.
  • N'activez pas le partage de connexion. Souvent utilisé dans les réseaux wifi domestiques, cette configuration permet à toute personne connectée à votre réseau wifi d'avoir accès aux différents objets connectés de la maison, que l'on parle de votre imprimante ou de votre sextoy. Donc, si vous voulez limiter un peu votre sens de l'hospitalité, configurez ou désactivez le partage de connexion directement depuis votre ordinateur principal.
  • Préférez les sextoys à connexion Bluetooth plutot que Wifi. En plus de vous garantir une meilleure protection en terme de sécurité informatique, les sextoys Bluetooth émettent moins d'ondes potentiellement nocives que les sextoys Wifi.

 

Commentaires

laisse ton commentaire

* Champ requis

Captcha
navigation