En poursuivant votre navigation sur point-q.com, vous acceptez notre politique de cookies. Apprenez-en plus sur la gestion de vos données personnelles en cliquant ici.

close
Une radio américaine bannit la chanson « Baby is cold outside » de ses ondes

Ce classique des chansons de Noël avait déjà été relevé pour son caractère oppressif lors de nombreux sketchs et interviews. La radio Star 102 de Cleveland va plus loin et l'interdit carrément à l'antenne.

« Il faut vraiment que je m'en aille », « Qu'est-ce qu'il y a dans ce verre ? », « Je dois vraiment partir », « La réponse est non ». Ces quelques extraits ne sont pas issus d'une des nombreuses agressions qui se déroulent tous les jours en France mais plutôt d'une chanson américaine écrite en 1944 et qui relate l'échange entre une femme qui souhaite rentrer chez elle et un homme qui le refuse.

Un classique américain de Noël qui a la peau dure

Vue comme une chanson d'amour ou tout du moins de séduction, ce duo est un incontournable dans la moindre compilation de musiques de Noël. Les réinterprétations de cette musique ne se comptent plus, tout comme les récompenses reçues.

Mais depuis quelques années, accompagnées par les mouvements de contestation anti-sexiste, les voix s'élèvent contre des paroles oppressantes et oppressives. Rejoignant la dynamique, la radio américaine Star 102 a choisi de barrer la route à toute forme d’agression en bannissant purement et simplement la chanson de ses ondes : 

« Je me rends compte que, quand la chanson a été écrite en 1944, c'était une période différente, mais pour aujourd'hui, elle paraît extrêmement manipulatrice et incorrecte. […] Dans un monde où le mouvement #MeToo a enfin donné aux femmes la voix qu'elles méritent, cette chanson n'a pas sa place ».

Retours sur les médias : haters gonna hate

Bien évidemment, dès que cette décision a été rendue publique, les avis de différent·e·s audit·eur·rice·s n'ont pas tardé à se faire entendre. « Je refuse d'écouter une radio qui rend les armes face aux personnes sensibles » ou encore « Allez, ça dépasse les limites là, avec tous ces gens qui sont offensés par des trucs ».

Loin de répondre aux trolls et autres provocations, la radio a tenu bon et inscrit son positionnement dans une dynamique plus globale, construisant un espace radiophonique safe pour tou·te·s, tout au long de l'année.

Commentaires

laisse ton commentaire

* Champ requis

Captcha
navigation